Modifications du code électoral : à quoi s’attendre pour les municipales ?

En l’état du projet de loi, à pas grand’chose, mises à part les conditions d’éligibilité de certains hauts fonctionnaires déjà visés. Reste que ce texte, provoqué par quelques errances au cours des législatives de 2017, change les règles des prochains scrutins et notamment ceux des départementales de 2021. On vous en livre ici les principales modifications.

Plus de réunions publiques la veille du scrutin

Jusqu’à présent, il était possible (et même recommandé !) de tenir une réunion publique le samedi précédent le scrutin. Rappel à l’attention des candidats aux municipales de 2020 : il reste interdit, au cours de ces réunions, de distribuer tout élément de propagande électorale !

A partir de 2020, cette possibilité ne sera plus offerte que jusqu’au vendredi minuit avant le scrutin.

Bulletin de vote : photo ou pas photo ?

Eh bien finalement : photo ! Contrairement à la proposition initiale du Sénat, le futur code continuera de permettre de faire apparaître emblème ou photo du candidat sur les bulletins, à certaines conditions :

  • uniquement la ou les photos des candidats à l’élection concernée (sauf pour Paris, Lyon et Marseille où la photographie du candidat à la mairie de la ville pourra être ajoutée)
  • pas de photographie d’animaux (ce qui à notre sens peut aisément être contourné par leur représentation sous forme d’emblème)
  • pour les départementales et communautaires, pas de photo du candidat pressenti pour diriger l’assemblée.

Comptes de campagne et dons

Attention, changement majeur ! Candidats et partis pourront enfin recueillir des dons par le biais de plateformes de paiement en ligne, type PayPal par exemple. Jusqu’à présent, les dons ne pouvaient jamais transiter par un compte tiers entre celui du particulier et celui du mandataire financier. Une amélioration notoire !

Par ailleurs, seront dispensés d’expertise-comptable les candidats qui ont obtenu moins de 5 % des suffrages exprimés, sous un plafond de recettes et dépenses fixé par décret. Cela ne signifie toutefois pas qu’ils sont dispensés de présenter leurs comptes !

Enfin, la présentation des compte ne sera obligatoire que lorsque le candidat aura dépassé 1 % des suffrages exprimés ou s’il a bénéficié de dons de personnes physiques

Entrée en vigueur en plusieurs temps

Comme indiqué en introduction, l’entrée en vigueur est prévue fin juin 2020, sauf concernant l’accès au scrutin des sous-préfets, secrétaires généraux de préfecture et directeurs de cabinets des préfets qui ne pourront se présenter aux élections locales dans le ressort où ils ont exercé leurs fonctions pendant deux ans après la fin de leurs fonctions ( contre un an à l’heure actuelle).

En revanche, un décret serait en cours de rédaction pour clarifier une règle bien connue, et souvent appliquée de manière disparate par les commissions départementales de propagande, quant à la combinaison des couleurs bleu, blanc et rouge sur les documents officiels de propagande (affiches & professions de foi).

Le secrétaire d’Etat a en effet précisé que c’était bien la combinaison, et non la juxtaposition de ces couleurs qui est prohibée. Une candidate posant sur son affiche officielle en veste rouge sur une robe blanche avec un fond de ciel bleu ne serait donc plus inquiétée.

Lire la proposition de loi

Publié le Catégories Dans la presse, Départementales, Législatives, Municipales, Régionales, Sénatoriales

Les réunions publiques en campagne, must have ou has been ?

Eh bien tout dépend de la manière dont vous les organisez ! Nos conseils pour que les vôtres rentrent dans la première catégorie, celle des must !

Les réunions publiques restent un incontournable de la campagne et restent souvent des moments attendus par vos soutiens ainsi que par certains citoyens, au point que si vous ne sacrifiez pas à ce rituel, cela pourrait vous être reproché.

Toutefois, les choses ont bien changé depuis les premières réunions festives telles qu’organisées sous la IIIe République ! Régulièrement sollicités pour des cafés-débats ou des ateliers participatifs, les citoyens intéressés à participer à vos réunions de campagne y viendront avec des attentes et des objectifs précis auxquels vous et votre équipe allez devoir répondre.

Commençons par leurs objectifs.

Nous en avons déjà parlé ici, le bilan, le programme et la personnalité des candidats seront déterminants au moment du vote.

Les citoyens seront donc particulièrement intéressés à connaitre votre bilan, le programme que vous leur soumettez et la personnalité des différents membres de votre liste et il s’agit d’organiser votre ou vos réunions publiques de manière à ce qu’ils puissent en être sincèrement informés.

Prévoyez des présentations vidéo, des supports à projeter simples et clairs, des temps d’échanges informels et bien sûr des moments de questions/réponses pendant lesquels chacun pourra apporter sa pierre à l’édifice de votre programme.

Quelles attentes ?

En quelques mots ?

  • Un timing respecté (si vous annoncez 18h30-20h, restez impérativement dans ce cadre)
  • Des interventions pratiques, pertinentes, variées : il est loin le temps des discours-fleuves ! Y compris lorsque des « poids lourds » locaux et/ou politiques vous font l’honneur d’intervenir, soumettez-les à la même règle : un discours de 10 mn, même du meilleur orateur, c’est trop long !
  • Un cadre informel : évitez le pupitre et descendez dans l’arène ! Inspirez vous des méthodes de la démocratie participative, faites intervenir les participants …
  • Le verre de l’amitié n’est évidemment pas obligatoire, mais permet un moment convivial pendant lequel les échanges peuvent être poursuivis sur un ton moins formel

Quelques conseils

En tant que candidat, vous avez aussi des attentes !

La première : que votre salle soit remplie ! Pour ce faire, pensez aux invitations nominatives, au porte-à-porte, à la création d’un événement sur vos réseaux sociaux et au communiqué à la presse.

Pensez également à mettre en place une table d’accueil, qui vous permettra de savoir en temps réel quels invités sont déjà là et ceux à qui vous devez envoyer un SMS de relance, mais aussi de récupérer les coordonnées de ceux qui sont spontanément venus.

La seconde : une réunion qui se déroule sans anicroche ! Testez en amont tous les matériels (rétroprojecteur, micro…) dont vous aurez besoin le jour J, ainsi que vos supports (lisibilité, fautes d’orthographe). Testez également votre discours et ceux de votre équipe auprès de votre premier cercle. Et prévoyez une ou deux personnes qui serviront au besoin de service d’ordre !

Une fois que tout est vérifié, détendez-vous ! Pour aller à la rencontre des citoyens, il est important d’arriver confiant et ouvert. N’oubliez pas, votre campagne est faite d’une multitude d’actions : vous ne jouez pas votre élection sur une seule réunion !

Besoin de plus de conseils ? Contactez-nous !

Publié le Catégories Astuces de campagne, Législatives, Municipales, Régionales

Municipales 2020 : comment constituer votre équipe ?

Une campagne des municipales se gagne toujours en équipe ! Nos conseils pour organiser autour de la tête de liste une structure efficace.

Vous êtes prêt(e) et peut-être vous êtes-vous même déjà lancé(e) ? Alors il est plus que temps d’organiser votre équipe.

Le directeur ou la directrice de campagne : l’essentiel « bras droit » du candidat

En général, on le choisit « en creux » du candidat : un homme lorsque la candidate est une femme, issu de l’associatif quand le/la candidat(e) vient du libéral, etc.

Mais attention, il s’agit surtout de s’assurer de sa rigueur, de ses qualités organisationnelles et relationnelles et, encore plus important : que vous sachiez travailler l’un(e) avec l’autre en excellente intelligence.

En tant que candidat, une fois votre « bras droit » désigné, laissez-lui les tâches logistiques, de prise de rendez-vous, de premières entrevues avec de potentiels nouveaux membres de l’équipe etc. Concentrez-vous sur vos rencontres avec vos électeurs et organisez votre emploi du temps en conséquence.

Les sympathisants, les militants

Tout aussi essentiels, vous devez fédérer autour de votre campagne des sympathisants, des soutiens, des militants, prêts à donner un peu de leur temps pour vous aider dans votre campagne.

Demandez à votre premier cercle d’accueillir des réunions d’appartement : elles vous permettront de vous faire connaitre et de faire connaitre votre projet et partant, de faire grossir les rangs de vos soutiens.

Certains sont parfois réticents à apparaître aux côtés d’un candidat : rassurez-les, ils peuvent se rendre utiles tout en restant discrets ! Proposez leur par exemple de prendre en charge la veille presse, la rédaction d’une partie de votre programme, ou encore de tenir à jour le recueil des données issues de votre porte-à-porte

Ces soutiens sont précieux, traitez-les comme tels ! Pensez aux petites attentions, aux remerciements, … En d’autres termes, prenez soin de votre équipe et elle prendra soin de vous !

Les colistiers

A ce stade, il est encore bien trop tôt pour choisir quel poste attribuer à tel ou tel autre de vos colistiers. Sauf compétence particulière inhérente à la profession ou au parcours personnel de l’un d’eux qui le désignerait d’office comme adjoint à la culture ou à l’urbanisme par exemple, mieux vaut vous concentrer sur la première étape : l’élection !

Le mandataire financier

Vous vous présentez dans une commune de plus de 9 000 habitants ? Vous avez l’obligation de désigner un mandataire ou de créer une association de financement.

Pour notre part, on préfère la forme mandataire « personne physique » à l’AFE ; mais sur le fond, rien ne les distingue : ils sont soumis exactement aux mêmes obligations.

Les qualités requises ? Appétence pour les chiffres, sens du détail et rigueur. Un poste à responsabilité qui peut parfois effrayer, mais rassurez-les : s’il y a un souci sur vos comptes de campagne, c’est vous, candidat(e) qui serez inquiété, pas votre mandataire !

Besoin d’aide pour recruter et/ou organiser votre équipe ? Contactez-nous !

Publié le Catégories Astuces de campagne, Municipales

Une nouvelle formation « Elu(e)s et handicap : vers des pratiques plus inclusives »

En association avec Béatrice et Matthieu ANNEREAU, de l’Association nationale pour la prise en compte du handicap (APHPP), Plebiscit vous propose une nouvelle formation dédiée aux élu(e)s et agents qui souhaitent améliorer l’accessibilité de leur ville et renforcer le caractère inclusif de leurs politiques locales.

Différencier les formes de handicap pour mieux les appréhender, approfondir votre connaissance réglementaire, ou de manière plus pratique, savoir concrètement comment améliorer l’accessibilité de l’école ou recruter des personnes handicapées : autant de points qui sont abordés dans une nouvelle formation d’une journée et complétés par des mises en situation.

Cette formation peut être donnée sur demande au sein d’une collectivité ou à l’attention de membres d’une association, d’une organisation professionnelle ou syndicale, etc.

Pour connaitre les détails du programme et les disponibilités des formateurs, contactez-nous !

Pour un aperçu de nos autres formations, visitez la page dédiée de notre site.

Publié le Catégories Formation des élus, Nouveautés Plebiscit