L’ordre protocolaire lors des cérémonies

Le 11 novembre approche… Comment organiser votre cérémonie en conformité avec le protocole ? Ordre des prises de parole, positionnement des invités, on vous dit tout dans ce billet !

Afin d’honorer la mémoire de ceux qui ont combattu pour défendre les valeurs de la République, de rendre hommage à toutes les victimes des guerres, mais aussi de transmettre la mémoire des conflits du XXème siècle aux jeunes générations, l’ensemble des municipalités organisent des cérémonies commémoratives sur ordre du gouvernement ou à l’initiative d’une autorité publique.


La qualité de l’organisation et du déroulement est essentielle pour l’image de votre institution, mais le respect du protocole relève parfois d’un véritable casse-tête.

L’ordre des prises de parole


L’ordre protocolaire, fixé par décret, définit le positionnement des invités lors des cérémonies publiques, l’ordre de leur prise de parole ou celui dans lequel ils effectuent le dépôt de gerbe, soit en principe :


1 Le préfet, représentant de l’État dans le département ou la collectivité
2 Les députés (rang selon l’ancienneté dans le mandat)
3 Les sénateurs (rang selon l’ancienneté dans le mandat)
4 Les représentants au Parlement européen
5 Le président du conseil régional
6 Le président du conseil général
7 Le maire de la commune dans laquelle se déroule la cérémonie, puis les maires invités (rang selon l’ancienneté dans le mandat) *
8 Le général commandant la région terre, l’amiral commandant la région maritime, le général commandant la région aérienne, le général commandant la région de gendarmerie
9 Le président de la cour administrative d’appel, le premier président de la cour d’appel et le procureur général près cette cour
10 L’amiral commandant l’arrondissement maritime, le général commandant la région de gendarmerie
(…)
14 Les membres du conseil régional
15 Les membres du conseil général
(…)
24 Le directeur général des services de la région
25 Le directeur général des services du département
26 Les conseillers municipaux de la commune dans laquelle se déroule la cérémonie
27 Le secrétaire général de la commune dans laquelle se déroule la cérémonie (…)

Lors des cérémonies publiques non prescrites par le Gouvernement, l’autorité invitante, en l’occurrence le maire, occupe le deuxième rang dans l’ordre des préséances, après le représentant de l’État.

Le positionnement des autorités pendant une cérémonie


Lors d’une cérémonie publique, les autorités prennent place en ligne face au monument, dans l’ordre déterminé par leur rang.

Dans la mesure du possible, il est conseillé de limiter la ligne protocolaire à une seule ligne suivant l’ordre suivant :

11 9 7 5 3 1 2 4 6 8 10 12

Lorsque le site ne dispose pas de suffisamment d’espace pour tenir l’ensemble des élus sur une ligne, il convient de les disposer sur deux lignes comme suit :

8 6 4 2 1 3 5 7
16 14 12 10 9 11 13 15

Besoin de conseils spécifiques ? D’aide pour organiser votre cérémonie ? Contactez-nous, nos consultants sont à votre disposition !

Publié le Catégories Non classé

Avec le WinterCamp par Plebiscit, préparez votre campagne des municipales au grand air !

Après le SummerCamp d’août 2018, rejoignez-nous aux Arcs du 3 au 5 avril prochains pour prendre de la hauteur sur l’organisation de votre campagne électorale.

Au programme :

  • une première journée pour apprendre à mesurer les attentes citoyennes et collecter les données qui vous seront utiles sur le terrain;
  • une seconde pour tout savoir de la construction d’un programme électoral efficace
  • une troisième journée pour faire le point sur les contenus attendus sur les réseaux sociaux et la meilleure manière de les produire.

L’ensemble du programme est disponible en ligne en cliquant ici.

Ces 3 jours de formation peuvent être pris en charge par le DIF-élus si votre dossier nous parvient avant le 3 février prochain.

N’hésitez pas à nous contacter pour les modalités ou pour tout autre renseignement sur nos formations.

Publié le Catégories Non classé

Plebiscit au Carrefour des Collectivités Territoriales de Brive

Formation des élus, stratégie politique en cours de mandat, préparation des scrutins de 2020 et 2021 ? Venez à notre rencontre pour en discuter !

Nous serons sur le Carrefour des Collectivités territoriales de Brive-la-Gaillarde les 26 et 27 avril et nous serons heureux de répondre aux questions que vous vous posez autour d’un café !

Vous voulez être sûr(e) de nous trouver ?

Prenons rendez-vous, c’est simple comme un coup de fil (au 05 64 88 01 72) … ou un email !

En savoir plus sur le Carrefour des Collectivités 

Publié le Catégories Non classé

2018 : une belle année pour remobiliser !

Toute l’équipe de Plebiscit vous présente ses meilleurs vœux pour cette nouvelle année !

Nos résolutions?  Apporter aux élus et à leurs collaborateurs les outils et ressources nécessaires à leur travail de représentation ; les aider à ré-impliquer les citoyens dans la vie politique et les remobiliser pour faire vivre plus fort la démocratie

Pour faire de 2018 une très belle année !

Format VidéoPublié le Catégories Non classé

2018 : ce qui change pour les collectivités

Si vous suivez nos formations, vous êtes déjà au courant… Pour tous les autres, un résumé de ce qui change en 2018 pour les collectivités !

Le stationnement : conséquence de la loi MAPTAM (modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles), les communes et intercommunalités auront désormais pleine compétence en matière de stationnement, de la réglementation jusqu’à la fixation du prix.

La gestion des inondations : autre conséquence de la loi MAPTAM, la GEMAPI (gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations) est entièrement transférée aux intercommunalités.

La protection des données : à partir du 25 mai prochain, les collectivités devront nommer un délégué à la protection des données, qui pourra être mutualisé, et sécuriser davantage  le traitement des données personnelles qu’elles ont, chaque jour, à traiter.

La publicité sur les trottoirs de Bordeaux, Nantes et Lyon, qui pourraient l’expérimenter pendant 18 mois. Pourraient, car ces 3 collectivités ont été surprises par l’adoption de ce « décret de Noël » et les 2 premières ont même indiqué refuser de s’y conformer.

La cantine : les États généraux de l’alimentation tenus fin 2017 se sont notamment penchés sur la restauration collective, proposant d’y renforcer la part des circuits courts et du bio. Une proposition de loi en ce sens devrait être rendue publique en tout début d’année 2018.

Le financement : nouvelle baisse de la dotation de fonctionnement et suppression progressive de la taxe d’habitation, l’année 2018 sera celle des économies pour les collectivités. Une bonne nouvelle pour celles qui avaient sollicité une aide européenne pour mener à bien leurs projets : après plusieurs années de blocage, les fonds européens commencent à être versés par les régions.

Quelques autres réformes institutionnelles : 

  • suite à la fusion des Conseils départementaux de Haute-Corse et de Corse du Sud, la Corse est désormais une collectivité unique équivalente à la région
  • les 8 circonscriptions européennes seront fusionnées pour revenir au système de listes nationales.
Publié le Catégories Non classé

Formation des élus : notre agrément ministériel renouvelé !

Plebiscit ce n’est pas qu’une agence de communication et de stratégie politique !

Depuis 2015, Plebiscit est également agréée par le ministère de l’Intérieur pour la formation des élus locaux. Cet été, le ministère nous a renouvelé sa confiance en prorogeant notre agrément pour 4 nouvelles années.

Comme pour nos activités de communication, nous travaillons sur toute la France, en nous appuyant sur un réseau de partenaires reconnus pour leur expertise dans leur domaine d’activité.

En-dehors des formations sur-mesure que nous proposons depuis 2015, nous offrons désormais la possibilité aux élus de participer à des sessions de formation « à la carte », dont nous publions le calendrier régulièrement.

Pour financer ces formations, deux options : de manière classique, sur le budget de la collectivité à laquelle les élus appartiennent ; et depuis le début de cette année, via leur droit individuel à la formation (DIF).

N’hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus !

Publié le Catégories Formation des élus, Non classé, Nouveautés Plebiscit

Cahier d’été, poncif ou coup de com’ ?

On se souvient qu’avant les fêtes de fin d’année 2016, entre les primaires de droite et de gauche et quelques semaines avant le début de la campagne présidentielle, le gouvernement avait mis en ligne un kit de communication intitulé à dessein #RepasDeFamille.

Visant à élever le débat (ou amorcer le pugilat, selon l’hétérogénéité partisane de la famille rassemblée autour de la traditionnelle bûche), ce « bingo » coloré et ludique recouvrait une toute autre réalité :  celle des éléments de langage tant décriés, diffusés en-dehors de la sphère politique.

Se saisissant d’un autre temps fort de l’année, La République en Marche réitère en pariant sur la bête noire des écoliers : le cahier de vacances.

Évitons le lien trop hâtif entre la sortie de ce cahier et les propos tenus dans le JDD par Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement, interrogé quant aux débuts agités de la nouvelle Assemblée : « Certains [députés LREM] ont des difficultés, mais ils vont passer l’été à réviser ».

Dépassons le débat classique entre anti- et pro- cahiers de vacances : interviewée par le Figaro en 2015, Lilyana Moyana, présidente de la FCPE, estimait que si « le temps de repos [doit servir] à la découverte d’autre chose», « le cahier peut devenir le support d’un moment de partage».

Appliqué à l’année très politisée que nous venons de traverser, cet argument fait sens : les militants comme les citoyens sont en droit d’aspirer à autre chose qu’un été studieux. Mais force est de reconnaître que le cahier de LREM vise surtout au partage de ses lignes-forces et à la consolidation du mouvement. Comment ?

En en reprenant les codes (jaune et bleu, visuel Make our planet great again, ton décalé, insert « parles-tu Macron ? ») pour mieux les diffuser ; en sacrifiant au traditionnel « test » des magazines de plage pour aider les militants à trouver leur place au sein du mouvement ; en proposant des pistes de lecture (Kerouac, Gary, Aragon ou Giroud) ou d’engagement (Surfrider Foundation, Kawaa, KAPS).

Mais aussi en revenant sur les premiers temps forts du gouvernement (infographie sur l’environnement et l’accord de Paris, interview du ministre de l’Education nationale, pour rester dans le thème), sorte d’argumentaire en vue des 100 jours qui interviendront dans l’été, et en préparant -déjà – la rentrée, avec l’annonce des outils qui seront bientôt mis à leur disposition.

Reste que conçu initialement pour les adhérents, la notoriété de ce cahier a largement débordé du mouvement, en faisant un objet de curiosité et plus encore, de communication politique.

Pour tous ceux qui, fatigués par les multiples échéances électorales, échaudés par les débats houleux provoqués par le « bingo » de fin d’année, souhaitent réviser sans verser dans la politique partisane, nous conseillons plutôt « Devoirs de vacances – Politique » paru en juin aux Editions de l’Archipel.

 

Publié le Catégories Non classé

Bilan de mi-mandat : un exercice qui ne concerne pas que les municipalités !

Si la plupart des élus ont aujourd’hui conscience que chaque action menée dans le cadre de leur mandat doit être communiquée efficacement auprès de leurs administrés, le bilan de mi-mandat reste un outil stratégique qui ne doit pas être négligé.

Surtout, cet exercice n’est plus réservé aux municipalités : communautés de communes et d’agglomération, départements et régions, dont l’activité reste mystérieuse pour nombre de citoyens, devraient au contraire se saisir de cette opportunité pour mieux faire connaitre leurs réalisations.

Pas d’obligation légale, plutôt une obligation morale envers les citoyens-électeurs, le bilan de mi-mandat doit, pour être efficace, procéder d’une véritable évaluation préalable des politiques menées par la collectivité et de leur appréciation par les administrés.

La sincérité est l’une des clés d’un bon bilan, il ne s’agit pas de passer au lance-flammes les actions de la majorité (lorsqu’on est dans l’opposition) ou de chercher à tout prix à valoriser les micro-changements impulsés par la collectivité lorsqu’on est dans la majorité.

Cet exercice doit être l’occasion de construire sincèrement les bases de la seconde partie du mandat, peut-être la plus déterminante : une véritable évaluation, dont les résultats sont présentés à tous ; précédée et/ou suivie d’une consultation citoyenne pour faire le point sur les besoins, les souhaits des habitants à court et moyen terme. L’opportunité, au choix, de réorienter ou de renforcer les orientations de la collectivité jusqu’au terme du mandat.

En termes de communication, les supports restent des plus classiques : journal de la collectivité, site internet et réseaux sociaux, rencontres-débats avec les citoyens. C’est dans leur conception qu’ils doivent faire la différence. Au menu : de la simplicité, du concret et des projets !

 

Prêt(e) à vous lancer mais besoin d’être accompagné(e) ? Nos équipes vous guident de l’évaluation jusqu’à la communication du bilan et réalise l’ensemble de vos supports de communication. Contactez-nous pour plus d’informations !

 

 

Publié le Catégories Non classé