Elections municipales : qui peut rejoindre votre liste ?

Plus qu’un an avant le lancement de la campagne officielle pour les élections municipales : il est grand temps de vous pencher sur la constitution de votre liste ! Vous avez déjà repéré plusieurs profils intéressants ? C’est parfait ! Mais savez-vous s’ils respectent les critères juridiques pour pouvoir valablement vous rejoindre ?

L’éligibilité

Pour être éligible, il faut d’abord être électeur (article L44 du Code électoral). Et pour avoir la qualité d’électeurs aux élections municipales, l’article 228 du Code électoral précise qu’il faut : être Français ou être ressortissant d’un pays de l’UE ; avoir 18  ans révolus ; et justifier d’une attache avec la commune.

L’inéligibilité

L’inéligibilité peut tenir à la personne (décision de justice prise à titre de sanction par exemple) ou à la fonction. Dans ce dernier cas, l’objectif est de ne pas laisser un candidat se présenter si, dans le cadre de ses fonctions, il pourrait influencer les électeurs. C’est le cas par exemple des préfets et sous-préfets, des magistrats, mais aussi des DGS, DGA, directeurs de cabinets des Conseils départemental, régional, communautaire ou d’agglo, etc.

L’incompatibilité

L’incompatibilité n’interdit pas la candidature mais s’oppose à la conservation simultanée du mandat et de la fonction mettant l’élu en situation d’incompatibilité. Concrètement : vous pouvez accueillir une personne en situation d’incompatibilité sur votre liste, mais cette personne devra choisir entre son emploi et son mandat si elle est élue. C’est le cas par exemple des militaires de carrière, de certains fonctionnaires de police (postes de commandement et d’encadrement), des salariés du CCAS ou du CIAS etc.

Et la famille alors ?

Rien ne vous interdit de proposer à votre conjoint de rejoindre votre liste ! Les seules obligations juridiques concernent les communes de plus de 500 habitants, dans lesquelles le nombre d’ascendants et descendants en ligne directe (père, mère, grand-père, grand-mère, enfants, petits-enfants ou arrière-petits-enfants, frères et sœurs) qui peuvent être simultanément membres du même conseil municipal est limité à deux (art. L. 238 du Code électoral).

Concrètement, comment procéder ?

Déterminez combien de noms vous devrez présenter (notez que dans les communes de plus de 1 0000 habitants, vous pouvez ajouter 2 noms de plus que de sièges à pourvoir) et rencontrez le maximum de personnes ! Car au-delà du seul cadre juridique, vous devrez également vérifier que les personnalités que vous invitez à vous rejoindre sont complémentaires et représenter au final toute la diversité de votre commune et/ou de votre intercommunalité.

Sachez ensuite que lorsque vous déposerez votre liste, les services de l’Etat vérifieront l’éligibilité et la compatibilité de chacun des membres de votre équipe. En cas de problème, ils vous le signifieront, charge à vous de rectifier votre composition… d’où l’importance de ne pas attendre le dernier moment pour la déposer !

Besoin de conseils personnalisés ? Contactez-nous !

Publié le Catégories Astuces de campagne, Municipales

Storytelling : le conte de faits

Utilisé en marketing mais pas seulement, le storytelling présente pour la communication politique plusieurs atouts qui vont de l’efficacité de la diffusion du message au renforcement de la notoriété de l’élu(e) ou du candidat, en passant par son positionnement sur la scène politique. Dans les grandes lignes, comment le réalise-t-on ?

Un storytelling, pour quoi faire ?

Un sondage récent montre que la personnalité, l’histoire du candidat ou de l’élu, vont jouer un rôle important pour les prochaines municipales. Il est donc important d’en travailler la présentation et de faire en sorte que vos collaborateurs, vos militants et sympathisants, puissent vous présenter dans les mêmes termes, en vue notamment de diffuser à votre propos un message uniforme.

Un bon storytelling, c’est quoi ?

C’est un paquet cadeau ! Poursuivons cette métaphore : si vous recevez un objet inutile dans un beau paquet cadeau, vous allez ressentir de la déception ; si vous recevez un cadeau dans un paquet mal ficelé, vous allez rechigner à l’ouvrir ; en revanche, si vous recevez un beau paquet cadeau, vous vous empressez de l’ouvrir et à l’intérieur, vous découvrez un cadeau qui vous comble de joie : là, le contrat est rempli !

Si l’on en revient au storytelling en communication politique, il doit donner envie aux citoyens de mieux connaître l’élu(e) ou le candidat et transcrire fidèlement son parcours, son projet, pour pouvoir s’inscrire dans la durée. Un contre-exemple ? Le storytelling du candidat Macron : un « petit candidat » parti de rien, jamais élu, qui parvient à force de travail à conquérir l’Elysée. Et non pas un énarque, banquier, ancien ministre de Hollande, rompu aux arcanes politiques… L’histoire est belle, mais a fait long feu !

Comment procéder ?

Chez Plebiscit, nous nous basons sur plusieurs entretiens. Nous abordons avec nos candidats des questions politiques, personnelles ou prospectives. Par exemple, quels sont vos souvenirs politiques marquants ? Eprouvez-vous des difficultés à déléguer ? Quel délégation souhaitez-vous obtenir au prochain mandat ?

Sur cette base, nous allons chercher le bon axe pour raconter votre histoire. Le bon axe, c’est celui qui répond à votre positionnement et aspirations politiques. L’histoire, comme toute bonne histoire, est celle qui va susciter la curiosité et l’écoute. Pas inspiré ? Reprenez vos classiques : contes de Grimm, fables de La Fontaine, tragédies grecques … Et comme dans les contes, votre storytelling doit avoir un début, un rebondissement et une fin. Le début peut être l’occasion de présenter le candidat et son parcours ; le rebondissement peut être un élément perturbateur, un ennemi, un échec, etc. Et la fin, c’est toujours la résolution, qui peut être heureuse, surprenante, moralisatrice, etc.

Rédigez, dans un style simple, rythmé et concis, un premier jet que vous soumettez à quelques proches et prenez en compte leurs remarques dans une seconde mouture.

Puis tirez-en l’essentiel en quelques lignes, quelques mots, que vous partagez avec votre équipe de militants ou sympathisants afin qu’ils puissent parler de vous dans les mêmes termes aux citoyens qu’ils rencontreront dans le cadre de votre campagne.

Envie d’en savoir plus ? Besoin d’aide pour réaliser votre storytelling ? Prenez contact avec nous !

Publié le Catégories Astuces de campagne, Constats de campagne, Départementales, Formation des élus, Municipales

Faire de l’achat public un outil performant au service de vos politiques publiques

 Au-delà des logiques économique et juridique, les marchés et achats publics sont désormais d’indéniables vecteurs de politique publique (insertion, accès des PME aux marchés, environnement, …). Et c’est précisément l’angle par lequel nous les abordons dans deux nouvelles formations !

Deux formations ou plutôt une formation en deux sessions :

– la première, relative à l’intérêt d’une politique d’achats, peut être couplée à l’audit de votre collectivité pour personnaliser votre formation (cliquer ici pour voir le programme)

– la seconde (cliquer ici pour voir le programme), créée à l’attention des membres de commissions d’appels d’offres en vue d’optimiser l’exercice de leurs fonctions, aborde les aspects juridiques le matin et la mise en œuvre d’une politique d’achats performante l’après-midi.

Pour proposer cette formation au sein de votre collectivité, vous pouvez nous contacter ici.

Sous réserve d’un nombre d’inscrits suffisants, des sessions auront lieu à

  • Bordeaux, le mardi 6 novembre
  • Paris, le jeudi 22 novembre
  • La Rochelle, le mardi 11 décembre

Plebiscit est un organisme de formation agréé par le ministère de l’Intérieur pour la formation des élus locaux.

Toutes nos formations sont éligibles au DIF (droit individuel à la formation) des élus.

Publié le Catégories Formation des élus, Nouveautés Plebiscit

Inscrivez-vous au PlebiscitCamp sur les nouvelles formes de mobilisation en politique !

Le 6 décembre prochain à Paris, participez à une journée de formation inspirante et concrète.

En compagnie d’experts venus de toute l’Europe (et au-delà… mais on en reparlera !) et aux horizons professionnels bien plus divers encore, réinventez votre démocratie locale et repensez votre manière d’aller au contact du citoyen !

Voir les intervenants confirmés et le programme

 

Si vous souhaitez une prise en charge par le DIF (droit individuel à la formation des élus), vous pouvez directement nous faire parvenir le dossier de demande de financement en pièce jointe signé et complété avant le 6 octobre prochain.

Si vous souhaitez une prise en charge par votre collectivité, merci de nous contacter pour que nous établissions une convention de formation.

 

 

 

Publié le Catégories A l'étranger, Formation des élus, Nouveautés Plebiscit