Twitch, un outil pour faire de la politique autrement ?

Cette semaine, dans notre série de billets sur les élections américaines ,on se penche sur les moyens de communication innovants venus tout droit du pays de l’Oncle Sam. A chaque élection des pratiques et des outils innovants font leur apparition, cette année un nouveau réseau social est convoité par les personnalités politiques : Twitch.   

Logo Twitch

Twitch, c’est un site internet qui permet à tout le monde de se filmer en direct en créant sa propre chaîne. Durant ce direct, le streamer (personne qui se filme) peut interagir avec les autres internautes (viewers) grâce à un chat visible de tous.  Cette plateforme de streaming vidéo créée en 2011, se développe dans son format actuel lors de son rachat par Amazon en 2014. Elle représente le 26e  site au monde en termes de popularité, avec plus de 7 millions de streamers et une ascension remarquée durant le confinement planétaire. L’utilisateur-type de ce réseau social, qui a pour objectif de créer du contenu vidéo en direct avec une interaction instantanée grâce à un chat, est un Américain, de sexe masculin, qui a entre 18 et 34 ans. A l’instant où vous lisez ce billet, 1 million d’utilisateurs visionnent des lives en streaming concernant principalement le gaming et plus spécifiquement le e-sport. Autrement dit, la plupart des utilisateurs sont de jeunes Américains qui se filment en train de jouer aux jeux vidéo et le plus souvent des jeux en ligne seul ou à plusieurs. Les internautes apprécient les conseils de joueurs expérimentés, le fait de pouvoir échanger en instantané avec des internautes qui partagent la même passion et de pouvoir se distraire en regardant du (e-)sport. La plateforme aux 9 millions de chaînes a vu apparaître des streamers d’un nouveau genre : Alexandria Ocasio-Cortez, Bernie Sanders, et même le président des Etats-Unis Donald Trump.

Twitch représente deux avantages majeurs pour les candidats à la présidentielle américaine :

  • S’adresser à un public jeune qui s’intéresse peu à la politique et ne se déplace pas pour aller voter.
  • Offrir une image jeune et décalée du candidat.

Face à la croissance de la plateforme l’enjeu devient réel et les candidats l’ont bien compris.

Alexandria Ocasio-Cortez fut l’une des premières personnalités politiques à s’emparer de Twitch. En janvier 2019, elle est apparue dans le live d’un streamer qui organisait une levée de fonds pour une association venant en aide aux transgenres. Elle avait notamment répondu aux nombreuses questions des internautes sur des sujets différents (économie, politique, droit des lgbtq+ …). Le premier à avoir intégré Twitch fut Andrew Yang (candidat malheureux à la primaire démocrate) en juillet 2018, un an plus tard c’est Bernie Sanders qui inaugurait sa chaîne.

Le 11 octobre 2019 Donald Trump a lancé sa chaîne Twitch, qui compte 124 700 followers contre498 000sur sa chaîne YouTube. Après la retransmission d’un meeting qui lui a permis de se faire connaître sur la plateforme, il n’a pas réussi depuis à transformer l’essai. En effet, sa chaîne ne parvient pas à engranger des vues et pour cause : le contenu ne reprend pas les codes de la plateforme et ne constitue qu’un canal supplémentaire de diffusion de ses lives que l’on retrouve sur YouTube et Facebook. Une situation qui pourrait peut-être évoluer dans les prochaines semaines pour la fin de la campagne.

Les politiques ont tendance à utiliser de nouveaux outils numériques dans l’objectif de toucher un public plus jeune (on en a déjà parlé ici : les élections se gagnent elles réellement en ligne ? ). Un Français, habitué des outils numériques innovants, a su reprendre les codes de ce réseau social : Jean-Luc Mélenchon. Avec ses lives nommés « Twitchons » , il s’exprime en direct sur un fond pixelisé, en répondant au chat pour interagir instantanément avec les utilisateurs. Le résultat est au rendez-vous, ce qui semble prometteur pour les prochaines échéances électorales.

Si les politiques ont quelques difficultés pour trouver une audience sur Twitch, la politique quant à elle s’invite de plus en plus sur le réseau : on a notamment eu 10 ministres français qui se sont succédés lors d’un marathon Twitch pendant le Grand Débat National.  Le dernier exemple en date : le discours de présentation du plan de déconfinement d’Edouard Philippe à l’Assemblée nationale le 28 avril dernier retransmis et commenté sur les chaines Twitch d’Accropolis et d’HugoDecrypte. Le résultat a été au rendez-vous puisque l’on a compté jusqu’à 55 000 viewers cumulés.

Les chaines d’infos n’ont qu’à bien se tenir car la politique sur Twitch est promise à un bel avenir !

Cet article vous a donné envie de vous former pour utiliser davantage les réseaux sociaux ? Consultez nos formations pour élus ou contactez nous pour plus d’infos.

Publié le Catégories Non classé

Message personnel à nos candidat(e)s aux municipales

De la part :

des consultants, graphistes, web et motion designers, développeurs de l’agence Plebiscit, leurs formateurs externes et des conseillers Previoo,

A l’attention :

des têtes de listes, colistiers, collaborateurs, militants, sympathisants et petites mains de la campagne,

Chères toutes,
Chers tous,

Alors que la campagne entre dans sa période officielle, nous prenons quelques minutes pour vous écrire qu’on vous aime (oui) et qu’on espère fêter avec vous votre victoire le 15 ou au plus tard le 22 mars.

On vous aime, même si parfois, vous nous détestez :

  • quand on n’utilise pas les photos que vous nous avez envoyées alors que l’on vous a prévenu(e) qu’elles n’étaient pas libres de droit (variante : qu’elles étaient de qualité insuffisante pour l’impression) ;  
  • qu’on n’est pas assez rapides pour vous envoyer un BAT (alors que cela fait 3 jours qu’on vous presse pour que vous puissiez donner votre document à l’imprimeur en temps utile) ;
  • ou enfin, quand on ne vous répond pas « le week-end » alors qu’on vous a prévenu(e)s que ce dimanche-là ce sont les 90 ans de Maminette et qu’on ne sera pas dispo entre 11h30 et 14h30 (heure à laquelle vous nous appelez).

On vous aime, même si parfois, on vous déteste :

  • quand vous nous sollicitez pour un conseil que vous ne suivez pas et que vous revenez vers nous pour que l’on vous aide à rattraper la situation ;
  • quand on travaille ensemble à un déroulé de réunion publique « aux petits oignons » et que vous partez soudainement dans un discours-fleuve à la Castro ;
  • quand vous avez validé un chemin de fer pour votre programme, que nous y travaillons depuis 15 jours et qu’à H-3 heures du BAT vous nous envoyez celui d’un concurrent en nous disant « voilà ce que nous voulons » ;
  • quand on vous demande « et vous en êtes où de votre porte-à-porte ? » et que vous nous répondez … que vous n’avez toujours pas commencé ;
  • quand on vous a prévenu(e)s que le off n’existe pas, que tellement heureux(se) de votre intervention, vous lâchez une bombe au journaliste en partant et qu’évidemment, c’est cette bombe qui fait les gros titres le lendemain (à nous de jouer pour rattraper cette horreur !).

Mais on vous aime, et même très fort en fait,

  • quand, après vous avoir formé(e) vous et/ou votre équipe il y a 2 ans, 10 mois ou quelques semaines, vous continuez de partager votre campagne avec nous en nous envoyant des photos et des vidéos (c’est exactement cela qui a motivé ce message) ;
  • quand après des heures de boulot et de tergiversations, vous nous donnez enfin votre BAT en mode pom-pom girl (« donnez-moi un B ! donnez-moi un A ! donnez-moi un T ! BAT ! ») ;
  • quand un(e) autre candidat(e) aux municipales ou aux départementales (eh oui, ça commence !) nous appelle de votre part, parce que vous l’avez convaincu(e) qu’on était les meilleurs ;
  • quand vous pensez déjà à ce qu’on fera ensemble pendant votre futur mandat… chabadabada.

Une campagne, c’est usant, ça met les corps à rude épreuve et ça échauffe les esprits.

On le sait, on les a toutes faites depuis 2013, année de notre création. Cette année, nous en gérons près de 80, des plus petites villes (750 habitants) aux plus grandes (230 000 habitants) et on est super fier(e)s du chemin qu’on fait à vos côtés depuis 2013.

Une campagne, c’est surtout des liens très forts parce qu’on partage tous le même objectif, gagner, qu’on est tous soumis à la même pression, aux mêmes délais. Plein de beaux moments, de belles rencontres, de leçons apprises sur le terrain, the hard way comme on dit outre-Atlantique.

Alors on vous souhaite :

  • bon courage, à fond dans la dernière ligne droite !
  • bonne chance, car il en faut, aussi, en plus de tout le travail que vous avez déjà accompli (une de nos leçons de 2017…)
  • bon vent, car Rochelais nous sommes et Rochelais nous restons, qu’il vous porte droit vers la victoire dès le 1er tour !

Et surtout, souvenez-vous : on vous aime !!

L’équipe de Plebiscit

Publié le Catégories Constats de campagne, Municipales, Non classé

Meilleurs vœux !

Les équipes de Plebiscit et PREVIOO vous présentent leurs meilleurs vœux pour cette nouvelle année ! Elu(e), candidat(e), ou les 2, nous serons cette année encore à vos côtés pour gagner!

Parce que nous savons que les bonnes résolutions sont plus faciles à tenir lorsqu’on est bien entouré, nous sommes heureux de vous accompagner pour relever avec brio les défis que vous vous êtes lancés pour cette nouvelle année.


Accompagnement stratégique en campagne électorale ou en cours de mandat, formation adaptée à vos besoins et ceux de votre collectivité, outils de terrain : les équipes des bureaux parisien et rochelais de Plebiscit et Previoo mettront leur savoir-faire, leur expérience et leur réseau à votre disposition.


N’hésitez pas à les contacter !

Publié le Catégories Non classé

L’ordre protocolaire lors des cérémonies

Le 11 novembre approche… Comment organiser votre cérémonie en conformité avec le protocole ? Ordre des prises de parole, positionnement des invités, on vous dit tout dans ce billet !

Afin d’honorer la mémoire de ceux qui ont combattu pour défendre les valeurs de la République, de rendre hommage à toutes les victimes des guerres, mais aussi de transmettre la mémoire des conflits du XXème siècle aux jeunes générations, l’ensemble des municipalités organisent des cérémonies commémoratives sur ordre du gouvernement ou à l’initiative d’une autorité publique.


La qualité de l’organisation et du déroulement est essentielle pour l’image de votre institution, mais le respect du protocole relève parfois d’un véritable casse-tête.

L’ordre des prises de parole


L’ordre protocolaire, fixé par décret, définit le positionnement des invités lors des cérémonies publiques, l’ordre de leur prise de parole ou celui dans lequel ils effectuent le dépôt de gerbe, soit en principe :


1 Le préfet, représentant de l’État dans le département ou la collectivité
2 Les députés (rang selon l’ancienneté dans le mandat)
3 Les sénateurs (rang selon l’ancienneté dans le mandat)
4 Les représentants au Parlement européen
5 Le président du conseil régional
6 Le président du conseil général
7 Le maire de la commune dans laquelle se déroule la cérémonie, puis les maires invités (rang selon l’ancienneté dans le mandat) *
8 Le général commandant la région terre, l’amiral commandant la région maritime, le général commandant la région aérienne, le général commandant la région de gendarmerie
9 Le président de la cour administrative d’appel, le premier président de la cour d’appel et le procureur général près cette cour
10 L’amiral commandant l’arrondissement maritime, le général commandant la région de gendarmerie
(…)
14 Les membres du conseil régional
15 Les membres du conseil général
(…)
24 Le directeur général des services de la région
25 Le directeur général des services du département
26 Les conseillers municipaux de la commune dans laquelle se déroule la cérémonie
27 Le secrétaire général de la commune dans laquelle se déroule la cérémonie (…)

Lors des cérémonies publiques non prescrites par le Gouvernement, l’autorité invitante, en l’occurrence le maire, occupe le deuxième rang dans l’ordre des préséances, après le représentant de l’État.

Le positionnement des autorités pendant une cérémonie


Lors d’une cérémonie publique, les autorités prennent place en ligne face au monument, dans l’ordre déterminé par leur rang.

Dans la mesure du possible, il est conseillé de limiter la ligne protocolaire à une seule ligne suivant l’ordre suivant :

11 9 7 5 3 1 2 4 6 8 10 12

Lorsque le site ne dispose pas de suffisamment d’espace pour tenir l’ensemble des élus sur une ligne, il convient de les disposer sur deux lignes comme suit :

8 6 4 2 1 3 5 7
16 14 12 10 9 11 13 15

Besoin de conseils spécifiques ? D’aide pour organiser votre cérémonie ? Contactez-nous, nos consultants sont à votre disposition !

Publié le Catégories Non classé

Avec le WinterCamp par Plebiscit, préparez votre campagne des municipales au grand air !

Après le SummerCamp d’août 2018, rejoignez-nous aux Arcs du 3 au 5 avril prochains pour prendre de la hauteur sur l’organisation de votre campagne électorale.

Au programme :

  • une première journée pour apprendre à mesurer les attentes citoyennes et collecter les données qui vous seront utiles sur le terrain;
  • une seconde pour tout savoir de la construction d’un programme électoral efficace
  • une troisième journée pour faire le point sur les contenus attendus sur les réseaux sociaux et la meilleure manière de les produire.

L’ensemble du programme est disponible en ligne en cliquant ici.

Ces 3 jours de formation peuvent être pris en charge par le DIF-élus si votre dossier nous parvient avant le 3 février prochain.

N’hésitez pas à nous contacter pour les modalités ou pour tout autre renseignement sur nos formations.

Publié le Catégories Non classé

Plebiscit au Carrefour des Collectivités Territoriales de Brive

Formation des élus, stratégie politique en cours de mandat, préparation des scrutins de 2020 et 2021 ? Venez à notre rencontre pour en discuter !

Nous serons sur le Carrefour des Collectivités territoriales de Brive-la-Gaillarde les 26 et 27 avril et nous serons heureux de répondre aux questions que vous vous posez autour d’un café !

Vous voulez être sûr(e) de nous trouver ?

Prenons rendez-vous, c’est simple comme un coup de fil (au 05 64 88 01 72) … ou un email !

En savoir plus sur le Carrefour des Collectivités 

Publié le Catégories Non classé

2018 : une belle année pour remobiliser !

Toute l’équipe de Plebiscit vous présente ses meilleurs vœux pour cette nouvelle année !

Nos résolutions?  Apporter aux élus et à leurs collaborateurs les outils et ressources nécessaires à leur travail de représentation ; les aider à ré-impliquer les citoyens dans la vie politique et les remobiliser pour faire vivre plus fort la démocratie

Pour faire de 2018 une très belle année !

Format VidéoPublié le Catégories Non classé

2018 : ce qui change pour les collectivités

Si vous suivez nos formations, vous êtes déjà au courant… Pour tous les autres, un résumé de ce qui change en 2018 pour les collectivités !

Le stationnement : conséquence de la loi MAPTAM (modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles), les communes et intercommunalités auront désormais pleine compétence en matière de stationnement, de la réglementation jusqu’à la fixation du prix.

La gestion des inondations : autre conséquence de la loi MAPTAM, la GEMAPI (gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations) est entièrement transférée aux intercommunalités.

La protection des données : à partir du 25 mai prochain, les collectivités devront nommer un délégué à la protection des données, qui pourra être mutualisé, et sécuriser davantage  le traitement des données personnelles qu’elles ont, chaque jour, à traiter.

La publicité sur les trottoirs de Bordeaux, Nantes et Lyon, qui pourraient l’expérimenter pendant 18 mois. Pourraient, car ces 3 collectivités ont été surprises par l’adoption de ce « décret de Noël » et les 2 premières ont même indiqué refuser de s’y conformer.

La cantine : les États généraux de l’alimentation tenus fin 2017 se sont notamment penchés sur la restauration collective, proposant d’y renforcer la part des circuits courts et du bio. Une proposition de loi en ce sens devrait être rendue publique en tout début d’année 2018.

Le financement : nouvelle baisse de la dotation de fonctionnement et suppression progressive de la taxe d’habitation, l’année 2018 sera celle des économies pour les collectivités. Une bonne nouvelle pour celles qui avaient sollicité une aide européenne pour mener à bien leurs projets : après plusieurs années de blocage, les fonds européens commencent à être versés par les régions.

Quelques autres réformes institutionnelles : 

  • suite à la fusion des Conseils départementaux de Haute-Corse et de Corse du Sud, la Corse est désormais une collectivité unique équivalente à la région
  • les 8 circonscriptions européennes seront fusionnées pour revenir au système de listes nationales.
Publié le Catégories Non classé