Logiciels de campagne : une nouvelle approche des élections

Puisque les données tendent à infiltrer chaque structure de la société, quid des campagnes électorales et du déroulé des élections ? Les logiciels de campagne, comme PREVIOO, développé par Plebiscit, connaissent un succès croissant à l’approche des municipales.

Pourquoi utiliser un logiciel de campagne ?

Parce qu’ils permettent d’identifier les électeurs (nom, prénom et adresse), mais aussi et surtout car ils sont de bons outils pour structurer la campagne, tant dans l’animation de l’équipe, de la gestion quotidienne du compte de campagne, que dans la communication, en permettant le partage de documents ou d’informations internes.

Il est important de choisir et de commencer à utiliser son logiciel le plus tôt possible pour qu’il soit pleinement efficace en période de campagne électorale. Non seulement vous et votre équipe le maîtriserez mieux, mais aussi vous pourrez capitaliser sur les données que vous aurez déjà récoltées.

Reste que ces outils de campagne, et notamment PREVIOO, s’adressent autant à des élus et candidats en campagne. En effet, en cours de mandat, ils permettent de maintenir la relation citoyenne et de poursuivre son activité politique en parallèle de son mandat.

Plus d’infos sur PREVIOO

Publié le Catégories Astuces de campagne, Départementales, Législatives, Municipales, Porte à porte, Régionales

Stratégie de campagne : utiliser les données électorales et sociologiques pour l’élaborer

Etape incontournable de préparation de votre stratégie de campagne, l’analyse des données chiffrées de votre électorat est un exercice de précision qui peut s’avérer long. Pourquoi ne pas profiter du calme de l’été pour vous y pencher ?

Obtenir les données sociologiques et électorales

Pour cibler le socle politique dont dispose chaque parti dans la commune, les données du ministère de l’Intérieur permettent de travailler à partir des bureaux de vote.

L’analyse du socle électoral de la commune permet de qualifier l’électorat de chaque bureau de vote (favorable, défavorable…). Cette analyse se fait à plusieurs niveaux : celui des résultats électoraux à l’échelle de la circonscription (pour caractériser l’électorat moyen et orienter en conséquence sa campagne), puis du bureau de vote ; et celui des données socio-démographiques.

Les données sociologiques à l’échelle de la commune s’obtiennent notamment à partir des données de l’INSEE. Elles permettent de connaître notamment l’âge, le sexe, la catégorie socio-professionnelle, les nouveaux arrivants, la part de locataires … qui permettent d’adapter le message politique.

Une échelle un peu plus précise est proposée sur le site géoportail du gouvernement. En fonctionnant à partir de l’IRIS ou bien à partir des données en damier, l’échelle se retrouve réduite et permet donc de développer l’analyse sur l’ensemble de la commune. 

Préparer les municipales 2020 : interpréter et utiliser les données

En analysant les résultats électoraux et les données socio-démographiques de la commune, il est possible :

  • d’orienter le programme vers un domaine politique plus favorable (l’écologie, le tourisme, etc.),
  • d’évaluer le report de voix au second tour ainsi que les conséquences (positives ou négatives) de l’abstention ou de la participation,
  • d’envisager des alliances et des fusions de liste,
  • de déterminer votre communication.

Il est donc nécessaire de procéder à cette analyse avant de former votre stratégie. Le bon timing : en même temps que vous réalisez le bilan du mandat ou au plus tard débutez la rédaction de votre programme .

Vous pouvez également donner à votre équipe une synthèse des principaux chiffres et résultats de votre analyse, qui les aidera à mieux aborder le terrain.

Envie d’en savoir plus sur nos méthodes d’analyse ? Contactez-nous !

Publié le Catégories Astuces de campagne, Départementales, Formation des élus, Législatives, Municipales, Porte à porte, Sénatoriales

Nouvelle mise à jour de l’application mobile pour PREVIOO

La période de campagne officielle des élections municipales approche et les équipes de campagne sont nombreuses à profiter de l’application PREVIOO (et des beaux jours !) pour aller à la rencontre des citoyens.

Ce n’est pas encore votre cas ? Demandez conseil auprès de votre consultant Plebiscit ou rendez-vous vite sur previoo.com !

PREVIOO c’est la solution en ligne qui organise vos données, votre équipe et vos communications. L’objectif est de mesurer vos actions pour gagner en efficacité, tout en sécurisant les données récoltées sur le terrain.

C’est spécifiquement pour les militants désireux de mieux connaitre leurs concitoyens que nous avons rendu l’application PREVIOO toujours plus facile d’accès et performante.

Notre dernière mise à jour améliore les performances générales de la plateforme et vous permet une gestion améliorée des mots-clés (#Tags).

L’application est à télécharger ou mettre à jour dès maintenant sur le Google Play Store : https://play.google.com/store/apps/details?id=com.plebiscit.previoo

La mise à jour Apple est aussi prévue prochainement, rendez-vous dans les prochains jours sur l’App Store : https://itunes.apple.com/fr/app/previoo/id1435905642

Plus d’infos ? Visitez le site dédié à PREVIOO et demandez une présentation en ligne du logiciel !

Publié le Catégories Astuces de campagne, Départementales, Législatives, Municipales, Porte à porte, Présidentielle, PREVIOO, Sénatoriales

Le porte-à-porte : l’indispensable outil du candidat et de l’élu !

En 1977, 42% des Français estimaient que les hommes politiques se préoccupent « très peu ou pratiquement pas » de ce que pensent les Français.  En janvier 2013, nouveau sondage et cette proportion passe à 85%. Et aujourd’hui, les chiffres de la participation aux scrutins de 2017, qui peinent dans certaines circonscriptions, à atteindre les 20%, parlent d’eux-mêmes !

Cette crise de confiance, nous pensons chez Plebiscit que la présence des élus sur le terrain, au plus proche du quotidien des Français, est cruciale pour la résorber. En cela, le porte-à-porte est un outil indispensable qui ne doit pas être cantonné à la seule période de campagne officielle pour porter ses fruits.

L’on entend parfois dans certaines équipes de campagne que les moyens de communication modernes (mailing, SMS, etc.) permettent de démultiplier le message politique, de toucher des milliers de personnes en quelques secondes… Certes, mais en termes d’efficacité, le compte n’est pas bon ! Par exemple, si le porte-à-porte permet de gagner une voix pour 14 entretiens, le phoning permet quant à lui de gagner une voix pour 38 appels téléphoniques personnalisés passés !

Comment vous organiser ?

Ce qui va orienter votre choix stratégique et aussi, votre organisation, c’est le résultat de votre analyse électorale. Elle vous permettra de savoir par quel quartier ou bureau de vote commencer ou finir, mais aussi à quelle heure et quel jour de la semaine y passer en fonction du type de quartier (commerçant, résidentiel, …).

Une fois que vous avez tous ces paramètres en tête, organisez votre programme de visites : par quel quartier allez-vous commencer ? Combien de fois allez-vous vous rendre dans chaque quartier ? Avec quels objectifs (prise de contact, questionnaire pour récolter des informations, présentation du candidat et de son projet, mobilisation pour le vote, ….) ?

Et constituez vos équipes de porte-à-porteurs en binômes en diversifiant les profils : homme et femme, jeune et plus âgé, novice et expérimenté …. Préparez ensuite les trames d’entretien et réunissez vos militants avant de commencer la session de porte-à-porte : expliquez clairement l’objectif de la session, rappelez les grandes lignes du storytelling, distribuez les documents à remettre (carte de passage, programme) et les « signes distinctifs » aux couleurs de votre campagne.

Passez rapidement à l’action !

Du porte-à-porte en campagne électorale, c’est bien. En amont, c’est encore mieux !

D’abord car peu de vos adversaires y pensent et cela vous donne un avantage comparatif, en particulier pour les candidats novices qui ont intérêt à commencer le plus tôt possible.

Ensuite, cela vous permet de revoir plusieurs fois les électeurs, élément-clé de l’efficacité de cet outil. Par exemple, dès maintenant pour les informer des modalités d’inscription sur les listes électorales s’ils ne le sont pas encore ; puis dans quelques mois pour recueillir leur avis sur le bilan de la collectivité ; au moment où la campagne se lance, vous vous concentrerez sur le mot d’ordre « votez et faire voter ».

Enfin, un dernier conseil : dans 60% des cas, les portes ne s’ouvriront pas. Ce n’est pas pour autant du temps perdu ! Vos équipes doivent tout de même rapporter les informations entendues. Par exemple, elles notent un lampadaire défectueux, ou un voisin leur précisent à quelle heure vous pourrez trouver Monsieur et Madame Untel chez eux, etc. Ces informations doivent être centralisées et traitées par un responsable au sein de votre équipe pour pouvoir être réutilisées ultérieurement.

Envie d’en savoir plus ? Besoin d’aide pour organiser votre équipe ? Contactez-nous !

 

Publié le Catégories Constats de campagne, Départementales, Européennes, Législatives, Municipales, Porte à porte

Notre formation (de porte à) porte ses fruits

Au 24 janvier, ce sont 1 275 000 portes qui ont été frappées par les équipes de 51 des candidats aux municipales 2014 que Plebiscit accompagne.

Nous ferons après les élections municipales un petit retour d’expériences de chacun sur le porte à porte pour décortiquer les points forts, les écueils, imaginer des solutions, optimiser les outils à disposition, notamment en situation de mobilité…et surtout imaginer comment ne pas perdre le bénéfice du travail de proximité entrepris.

Publié le Catégories Astuces de campagne, Formation des élus, Porte à porte