Ces électeurs que les candidats « oublient » de mobiliser

Non-inscrits, mal inscrits, expatriés à l’autre bout du monde ou de l’autre côté de la frontière communale, les candidats se préoccupent trop peu de celles et ceux qui pourraient être leurs futurs électeurs mais qui ne font pas aujourd’hui partie de leur électorat. Vous préparez les prochaines élections ? C’est le moment d’agir pour compléter la liste électorale de votre commune !

 

Qui peut être électeur ?

Pour commencer, un rappel juridique. Pour vous aider à organiser la recherche de ces électeurs potentiels, partez de la définition du Code électoral (cf. notre précédent billet de blog) : un électeur est de nationalité française ou ressortissant d’un pays membre de l’Union européenne, a 18 ans révolus le jour du scrutin et justifie d’une attache avec la commune.

Qui démarcher ?

Tout dépend de votre analyse électorale et de votre stratégie de campagne. Mais grosso modo, ciblez les nouveaux arrivants dans la commune, les habitants qui ne sont pas inscrits dans le bureau de vote duquel ils relèvent mais d’un autre bureau de vote sur la même commune et qui vous est plus ou moins favorable, les étudiants du supérieur qui restent souvent plusieurs années dans la même commune pour poursuivre leur cursus,  les ressortissants de l’UE qui n’ont jamais été inscrits en France et qui pourtant sont résidents, les commerçants qui sont inscrits dans leur commune de résidence et non celle sur laquelle est établi leur commerce…

Le potentiel est important, mais il faut s’appliquer à bien déterminer les personnes à démarcher en fonction de vos attentes et de vos besoins stratégiques.

Et comment ?

Là encore, tout dépend : un candidat sortant ou un membre de l’opposition ne tiendront pas le même discours. De la même façon, devant de nouveaux arrivants dans la commune qui devront se réinscrire, un jeune adulte qui s’inscrit pour la première fois ou un commerçant que l’on va inciter à voter dans sa commune, les arguments seront plus ou moins pédagogiques… ou politiques.

Concrètement, cette démarche peut être l’occasion d’utiliser hors campagne des outils propres à la campagne électorale, telle que le porte-à-porte ou la réunion d’appartement ; ou des outils plus génériques comme des réunions d’information.

 Quand le faire ?

Maintenant ! N’attendez pas : le processus d’inscription ou de réinscription peut prendre du temps, d’autant plus avec la mise en œuvre du registre électoral unique (voir notre billet de blog). Surtout, c’est un processus de fond : pendant votre campagne, qu’elle soit officielle ou officieuse, ne perdez jamais une opportunité d’ajouter un inscrit sur la liste électorale !

Publié le Catégories Astuces de campagne